Livia : la révolution bien-être

Vous le savez, j’ai toujours été de celles qui voient leur féminité comme une bénédiction. A ce titre, il me semble que les règles ne doivent pas être vue comme une contrainte, mais plutôt comme un moment qui nous est offert pour prendre soin de nous, pour vivre un peu différemment, pour remettre en question un certain nombre de choses.

Mais bien sur, nous ne sommes pas toutes égales devant le phénomène. Personnellement, je suis de celles pour lesquelles la période des règles n’est pas une période sereine mais de longs et nombreux jours de crampes douloureuses. De là plusieurs solutions :
– Rester cloitré chez sois avec notre amie la bouillotte, mais que dire à big boss qui nous voit absence 5 jours par mois ?
– Achetez les actions d’un laboratoire qui produit de l’ibuprofène, mais comment considérer les règles autrement que comme une maladie si l’on prends des médicament ?
– Attendre une machine révolutionnaire qui soulagerait en deux temps trois mouvements.

Révolutionnaire, efficace, pratique et sécuritaire

Bonne nouvelles Mesdames, cette machine existe : elle s’appelle Livia ! Quand j’ai été contacté par la marque pour tester ce petit objet, je dois dire que j’étais toute à la fois intriguée et heureuse.  Mais alors Livia c’est quoi ? C’est un petit appareil qui tient dans la main que l’on clipse comme un MP3 a son jean ou sa jupe. Relié a des électrodes que l’on colle sur les zones douloureuses du ventres, l’appareil va occuper les terminaisons nerveuses qui ne transmettrons plus le message de la douleur. Futuriste non ?

Mais, Marie, ça fait un peu peur ton truc ! Pas d’inquiétudes.  Livia est le fruit de plusieurs années de recherche, de nombreux tests cliniques et a obtenu avec succès le logo CE, gage de sécurité. Par ailleurs déjà apprécié par une communauté de plus de 30 000 personnes, il a fait l’objet de nombreux articles dans la presse tel que The Economics, Glamour, Women Health…

Retour sur mes premiers jours de test

Jour 1, il est 8 heures : c’est le débarquement ! Comme prévu par Clue (une appli géniale qui tient un état des lieux précis de vos cycles) mes règles arrivent. Comme d’habitude, elles sont venues avec leurs copines, les crampes, les migraines et toute la bande. Je sors donc Livia de son emballage, ouvre le sachet des coussinets (d’une durée de vie de trois mois et d’une valeur de 10 euros, présents dans le kit de démarrage), installe les électrodes sur mon ventre et allume Livia. Surprenant ! Bien sur, il me faut quelques minutes pour repositionner correctement les électrodes et trouver le bon réglages d’intensité mais une fois troué : plus de douleurs. Je clipse donc cette petite machine violette a mon jean et c’est parti pour la journée.

 

Jour 1, il est midi : Jusque là … tout va bien. La douleur a disparue et même si je suis fatiguée (on ne va pas se mentir, Livia bloque la douleur, les règles ne disparaissent pas !) l’installation ne me gène absolument pas. Même allumée en continue la batterie tient le coup et se recharge via USB en cas de coup de mou.

Jour 1, il est dix huit heures : La journée est finie ! Je retire Livia et constate que les crampes sont pourtant bien là. Incroyable … Cette première journée est pour moi un franc succès: l’appareil est efficace, discret et soulage vraiment.

Bonus ? Les différentes couleurs de coques disponibles, histoire de pouvoir porter Livia même sous ma petite robe blanche, légère et fluide.

Jour 4, fin des douleurs : Si mes règles ne sont pas finies, cette journée marque la fin des crampes et donc de ma première fois avec Livia. Mon bilan est très positif. L’objet est efficace et le kit de démarrage vendu au prix de 179 euros est hyper complet : appareil, coque au choix, cable USB de chargement, étui de transport, électrodes et coussinets en gel pour trois mois. Alors d’accord, le prix représente un véritable investissement. Notons toutefois deux bons points : Livia est garantie deux ans et peut-être renvoyé durant deux mois si vous n’êtes pas satisfaites. Personnellement, l’objet ne quitte plus mon sac à main, son coté pratique et nomade m’a tout de suite séduite.

Prochaine étape ? Le conseiller à ma soeur, parce que féminité ne devrait pas rimer avec douleur.

No Comments

Post a Comment